Image Alt

Young Explorers Club Switzerland

5 conseils pour ne pas déranger les animaux sauvages en hiver

5 conseils pour ne pas déranger les animaux sauvages en hiver

Les sports d’hiver deviennent de plus en plus populaires et en raison de la pandémie, encore plus d’athlètes poussent dans la nature. La nature intacte nous attire dans les régions les plus reculées. Comment cela affecte-t-il la faune ? Même sans perturbation humaine, les animaux sauvages connaissent déjà des hivers rigoureux à la limite. Mon père est un chasseur et il m’a fait comprendre à plusieurs reprises l’importance de ce sujet.

Respectez la nature et la faune et connaissez vos limites.

Je vais vous donner cinq conseils pour bien vous comporter dans le paysage hivernal enneigé afin de ne pas stresser inutilement les animaux sauvages.

 

1. Comprendre comment les animaux sauvages survivent en hiver

Les animaux sauvages tels que les chamois, les cerfs rouges ou les lagopèdes restent ici même en hiver. Ils ont développé des méthodes impressionnantes pour survivre aux longs et froids mois d’hiver. L’objectif est toujours d’utiliser le moins d’énergie possible. Froid, neige, peu de nourriture, mais qu’est-ce qui rend l’hiver si dur pour les animaux ? Une longue période de froid fait chuter la température corporelle et tomber en dessous peut entraîner la mort par congélation. En hiver, il y a moins de nourriture proprement dite, qui est alors encore moins pauvre en nutriments et dès qu’il y a de la neige, la recherche de nourriture devient encore plus difficile et énergivore.

La survie signifie économiser de l’énergie pour les animaux sauvages en hiver

Si vous n’hibernez pas, hibernez ou hibernez, vous devez persévérer et économiser le plus d’énergie possible. Un manteau d’hiver épais contribue à une isolation optimale. La fourrure dense protège si bien les animaux sauvages du froid en hiver qu’ils peuvent être correctement enneigés et que la neige reste sur la fourrure et ne fond pas. Les chamois changent même la couleur de leur pelage en noir en hiver, car ainsi le soleil peut réchauffer le corps plus rapidement. En automne, des réserves de graisse sont également créées, qui servent d’isolant et aussi de réserve d’urgence si la nourriture se fait rare. Une autre mesure d’économie d’énergie est la réduction du volume du rumen, c’est-à-dire que l’estomac est réduit pour accueillir la quantité réduite de nourriture. Dans le cas du cerf, par exemple, jusqu’à 30 %.

Cependant, la stratégie la plus importante consiste à maintenir la consommation d’énergie aussi faible que possible. C’est pourquoi les animaux sauvages se déplacent à peine en hiver et se reposent dans des endroits abrités pendant une grande partie du temps.

Que mangent les animaux sauvages en hiver ?

Les animaux sauvages mangent des aliments faciles à digérer comme l’herbe, les baies, les glands ou les fruits des bois, même en hiver. Pour se nourrir, ils se rendent dans des endroits exposés au vent ou aux avalanches. Cela évite le raclage laborieux et épuisant du fourrage. Si la neige est gelée, il est difficile pour les animaux sauvages de trouver de quoi se nourrir au sol en hiver et alors ils grignotent souvent les pousses et les bourgeons des arbres.

Est-ce utile de nourrir des animaux sauvages en hiver ?

Non, le gibier et la forêt se portent mieux sans se nourrir. Les animaux ont développé des stratégies d’économie d’énergie telles que la réduction du volume de leur estomac. Nourrir les animaux sauvages en hiver les fera sortir de leur mode de sommeil hivernal, consommera trop d’énergie et pourra devenir un piège mortel. De plus, les jeunes arbres sont gravement endommagés par le broutage aux sites d’alimentation. Dans le canton des Grisons, l’alimentation est même interdite par la loi. Ne nourrissez donc aucun animal sauvage en hiver ou en été, ils trouvent eux-mêmes leur nourriture.

Le stress et la fuite peuvent signifier la mort pour la faune

A -10 °C en moyenne à 2000 m d’altitude. est la priorité absolue des animaux sauvages en hiver : économiser l’énergie. Toute perturbation qui provoque un stress ou la fuite de l’animal consomme beaucoup d’énergie. Un chamois en fuite utilise jusqu’à dix fois plus d’énergie qu’un chamois immobile. Par grand froid, les cerfs tombent dans une sorte d’hibernation partielle. Ce faisant, il laisse la température corporelle dans les extrémités descendre jusqu’à 15 °C, abaisse le pouls et ne bouge presque plus. Il se laisse également engloutir par la neige. Si les animaux sauvages sont fortement stressés dans un tel état, ils fuiront. Cela signifie une énorme consommation d’énergie. Plus la neige est profonde, plus il faut d’énergie pour s’échapper. Les conséquences peuvent signifier un succès de reproduction réduit, une maladie ou même la mort par épuisement.

« Mais les animaux ne s’habituent-ils pas aux gens ? »

Oui, mais seulement dans une mesure limitée. Si les dérangements sont fréquents, constants et de même nature et si l’évitement est possible, les animaux s’y habituent. C’est le cas des itinéraires balisés et bien fréquentés. Les animaux sauvages soupçonnent une éventuelle perturbation et ne réagissent bientôt plus par le stress ou la fuite. A observer lorsque les chamois vous regardent grimper d’un point de vue sûr.

Cependant, l’inverse peut également se produire. Avec la soi-disant sensibilisation, les animaux se sentent de plus en plus stressés à chaque perturbation et fuient à des distances de plus en plus grandes. Cela peut même les amener à abandonner complètement le site ou la zone. Les animaux sauvages reculent de plus en plus et les humains se répandent de plus en plus. Il est donc d’autant plus important que nous, humains, respections les règles et respections les aires protégées.

2. Renseignez-vous à l’avance sur les aires protégées et leurs règles

Il existe plusieurs types de zones protégées en Suisse. Les aires protégées ont pour but de protéger et de promouvoir les animaux sauvages et leurs habitats. Le respect des espaces protégés et un comportement prévenant sont importants pour la coexistence de la protection de la faune et des sports de montagne. A cet effet, l’association « Nature & Loisirs », avec ses membres et le soutien de l’Office Fédéral de l’Environnement, a lancé la campagne « Respectez vos frontières ».

Où puis-je trouver la carte avec les zones protégées ?

Donc, avant de planifier une visite, consultez ce lien sur la carte. Là, vous pouvez voir immédiatement si votre itinéraire traverse une zone protégée. Dès que vous cliquez sur la zone colorée, vous recevrez plus d’informations (voir image). Dans l’exemple, vous pouvez voir la route violette en raquettes qui relie deux zones protégées. La zone de droite en jaune est une zone de protection de la faune et les règlements y afférents sont également affichés directement. L’accès en dehors des sentiers balisés est interdit et les laisses sont obligatoires. Vous trouverez ici des informations supplémentaires sur les données, le mode hors ligne des cartes et des légendes sur le thème des sports de neige.

Quelles règles s’appliquent dans quelle zone protégée ?

parc national

  • Les sentiers de randonnée balisés et les aires de repos signalées par des poteaux ne doivent pas être quittés
  • Les chiens ne sont pas autorisés, même pas tenus en laisse
  • Pas de sports d’hiver (randonnées à ski ou en raquettes), vélos ou avions
  • Les objets naturels tels que les animaux, les plantes, le bois ou les pierres ne peuvent pas être emportés
  • Pas de baignade dans les lacs et les ruisseaux
  • Ne fais pas de feu
  • Pas de nuitées, pas même dans les véhicules
  • Ne laissez aucun déchet derrière vous
  • Le parc national est fermé en hiver
  • La nature ne doit pas être changée

Réserve faunique et zones interdites à la chasse

  • Les animaux ne doivent pas être dérangés, chassés ou attirés hors de la zone réglementée.
  • Les chiens doivent être tenus en laisse.
  • Le camping et le camping gratuits sont interdits.
  • L’exploitation d’aéronefs civils sans pilote (comme les drones) est interdite.
  • Les sports d’hiver en dehors des pistes, itinéraires et pistes de ski de fond balisés sont interdits.
  • La chasse est interdite.

sanctuaire de la faune

  • Restez sur les chemins et itinéraires balisés en forêt : c’est ainsi que les animaux sauvages peuvent s’habituer à l’homme.
  • Évitez les lisières de forêts et les zones sans neige : ce sont les lieux de prédilection des animaux sauvages.
  • Tenir les chiens en laisse, surtout en forêt : Les animaux sauvages fuient les chiens en liberté.

réserve naturelle

Il existe différentes réglementations dans les zones de protection de la nature. Des panneaux verts sur place avec le signe du hibou et les pictogrammes renseignent davantage.

3. Comportement correct sur la route

Cette illustration de la règle de l’entonnoir de la campagne Respectez vos limites vous permet de vous comporter plus facilement en cours de route. Il n’y a que quelques animaux au-dessus de la limite des arbres, nous pouvons nous y déplacer relativement librement. Plus nous nous rapprochons d’une zone boisée, plus nous restreignons notre espace de mouvement. Par contre, il faut éviter les lisières de forêts et les zones sans neige. Ce sont les endroits préférés des animaux sauvages. Une fois dans la forêt, nous nous en tenons aux itinéraires désignés.

Nous prêtons toujours attention aux marquages ​​tels que les panneaux d’information ou les panneaux de signalisation et suivons les règles qui y sont énumérées. De cette façon, il est possible pour les personnes et les animaux de profiter ensemble du paysage hivernal magique. En respectant ces points, nous ne provoquons pas non plus d’autres interdictions et restrictions.

L’étiquette forestière

Vous pouvez découvrir comment se comporter correctement dans la forêt dans le Walknigge. Dix conseils comportementaux simples sur la façon de se comporter lors de la visite de la forêt. Prenez soin de la nature.

Règles des sentiers VTT

Il existe également des règles de conduite pour les vététistes. Les règles de trail MTB vous montrent comment vous devez vous comporter sur le trail. Vous pouvez découvrir ici si le VTT dans la nature cause des dommages à long terme.

4. Respectez vos limites

Les randonnées hivernales, les randonnées en raquettes et à ski sont de plus en plus populaires. L’habitat des animaux sauvages en hiver est menacé. Mais nous voulons une visite inoubliable dans la solitude du paysage hivernal enchanteur. Les interdictions sont-elles vraiment nécessaires dans ce vaste paysage ? Il a assez d’espace pour tout le monde. Oui, ils sont nécessaires car malheureusement nous ne nous comportons pas correctement. Il est donc important que nous connaissions les limites et les respections. C’est la seule façon pour les amateurs de sports d’hiver et les animaux sauvages de profiter de la nature ensemble et sans être dérangés. Il a besoin d’être repensé. Il n’y a pas que dans les zones protégées que nous devrions nous en tenir aux règles. Chaque amateur de sports d’hiver doit repenser. Pour ce faire, nous devons comprendre la faune, savoir où et quand se trouvent les animaux et ce qui les fait se sentir menacés.

5. Que faire si vous dérangez encore un animal sauvage ?

Si vous apercevez des animaux sauvages lors de votre visite en hiver, essayez de les éviter si possible. Si ce n’est pas possible, gardez le silence et laissez-leur le temps de se retirer.

Add Comment

x

teJoin a precamp event

Enter your details below and learn all about it: